Présentation peuple – les Makoutas et la Nation des terres d’Osgroth

Bonjour à tous,

Nous vous présentons l’avant dernier peuple de notre premier monde. Il s’agit des Makoutas, un peuple de fiers guerriers claniques qui vivent tout au sud du continent principal de Cosme.

Bonne lecture.

La Nation des terres d’Osgroth –  les conquérants

Au sud, par-delà la frontière naturelle de glaciers et de montagnes, résident les Makoutas, de fiers clans guerriers. Ils furent guidés jadis par Osgroth. Après avoir magnifié leur tendance guerrière et confirmé leur vision d’une organisation sociale basée sur la domination de vainqueurs, le fragile équilibre entre hommes et femmes fut bouleversé. Les enfants d’Osgroth étaient divisés. Les femmes d’un côté et de l’autre, les hommes cherchant à les asservir. Leur protectrice intervient une fois de plus, en leur apportant un second don, celui de l’équité. Pour cela, elle se scinda en deux entités porteuses de la vision féminine et masculine du monde. Ainsi naquirent Mama Ran et Papa Eshu.

Depuis, les Makoutas forment une société communautaire, basée sur le respect de l’expression individuelle, qui offre à toutes et tous la possibilité de s’exprimer. Hommes et femmes sont considérés comme égaux et choisissent leurs dirigeants sans question de genre. Chacun connait sa place dans la société et tous se targuent de mettre la priorité sur le devoir communautaire. Le pouvoir est reconnu sur base des qualités personnelles. Les « mères » ou les « pères » sont épaulés par de puissants shamans qui interprètent la volonté des dieux du panthéon osgrothien et qui cherchent à en attirer les faveurs.

Ceux que l’on nomme les conquérants, forment une nation bien étrange aux yeux des autres peuples. En effet, leur système politique, basé sur l’autonomie des clans, ne permet pas l’imposition d’un pouvoir central. Chaque village est maître de ses décisions et peut emprunter des voies qui différent de celles des autres clans. Issue d’une tradition guerrière forte et d’une culture de pillage et d’esclavagisme, cette organisation politique est la garantie d’une paix relative avec les autres nations quand un chef de clan décide de renouer avec le passé de son peuple. En cas de représailles, ce n’est donc pas la nation des terres de glaces qui est visée mais bien le clan responsable directement. Depuis l’abolition de l’esclavage par le Conseil de l’Hepta, de nombreux clans se sont reconvertis en mercenaires, vendent leur service à d’autres clans ou d’autres peuples. Il n’est pas rare de voir des caravanes alenghiennes accompagnées de Makoutas. En tant que mercenaires, il arrive parfois que des clans engagés par des parties adverses s’affrontent. Jamais alors, les coups ne sont retenus, car tous les conquérants font honneur au combat.

Les plus guerriers les plus craints sont les Shanrans qui laissent exploser leur rage lors du combat et sèment la mort autour d’eux.

En plus de leur tournure guerrière, des cicatrices de combat fièrement affichées, ils arborent de nombreux tatouages cultuels. Ainsi ils sont marqués, dans leur chair, pour témoigner de leur appartenance à un groupe ou encore comme témoignage du passage à l’âge adulte.

Leave a Reply